ACiDPoPSoNG - Isolate by Sybreed (2007).

Sybreed est un groupe de Cyber Metal suisse qui propose un alliage original de Metal à tendance core, de sonorités électroniques et de mélodies fortement inspirées...
Isolate est extrait de leur album Antares (2007)... Check This Out!



So many wrong ways, so many scars
So many empty days into this world of grey
I clench my hands, standing on the edge, now isolated
With no redemption to be found


I've wasted so many words
I've grown into the realm of lies
I have no purpose or glorious goals
To lead my soul


God, tell me why I have to face
This state of slow disintegration


So many gestures, so many nights
Trying to fight my fears, to delay misery
A very last time before I die
I let it go away and I just give up once again
.

All my expectations,
all the lives I could have dreamt of
All of this will turn to dust,
scattered in a wind of misery

A random shift in suffering scales,
a vanishing grain of sand
Into the sea of nothingness


I've lost all hope or faith
And I'll fall deep into oblivion,
a wish to not share the pain
I'm far beyond all denial and vain negation


I desecrate the foundations of my own existence
I'm lost into the purest darkness
I suffocate under the weight of grief and deception

I've wasted so many words
I've grown into the realm of lies
I have no purpose or glorious goals
To lead my soul

Tell me why we all remain
Engulfed into sheer emptiness

I cannot see the light beyond



Exrait de
Antares by
Sybreed (2007)








ACiDPoP! - Quoi De Neuf Pop Music ? (1974).

En ce début d'année 1974, nous avons voulu faire le point sur l'actualité de la pop music...

Dave Hill / Slade

Jean-Pierre Frimbois vous donne son avis et ses conseils en la matière. Jean " White Face" Bretonnelle vous présente sa vision personnelle des Rolling Stones. Autres Participations : Rex Features et toutes les maisons de disques de France et de Navarre. Check This Out!

... et click to enlarge ...


Charlie Watts




























Bill Wyman


Extrait de
Tintin N°52 (1314)
janvier 1974





ACiDPoP! - La Véritable Histoire De La Chanson Française by Pierre Desproges (1981).

Les origines de la chanson française se perdent dans la nuit des quoi ?
C'est une excellente question et je me remercie de me l'être posée.
eh bien je n'irai pas par quatre chemins, ni par trois ni par deux, j'irai par la mer qu'on voit danser le long des golfes clairs, et je le dirai comme je le pense :
Les origines de la chanson française se perdent dans la nuit des temps.

Tous les lycéens ont en mémoire cet étonnant dessin de la grotte de Lascaux, dans le 24, où l'auroch en rut côtoie l'urus dans le roc. Pendant des siècles, les historiens les plus sérieux et les aurochologues les plus pompeux se sont demandés en vain ce que notre ancêtre magdalénien avait voulu montrer en dessinant sous le ventre du plus gros de ces taureaux préhistoriques, une espèce de boule noire prolongée d'un arrogant mandrin. Les moins obsédés de ces savants ont longtemps cru, de bonne foi, qu'il s'agissait d'un membre sexuel.

En fait, nous le savons aujourd'hui, il s'agissait tout simplement de la première représentation graphique d'un si bémol majeur, ce même si bémol majeur par lequel commence d'ailleurs "la chanson de Mandrin". Mais ce n'est là que pure coïncidence. Toute ressemblance avec des zigounettes existant ou ayant existé serait purement fortuite.

Bien que le si bémol majeur remonte à la préhistoire, nous conservons peu de traces aujourd'hui de la chanson cromagnonne telle que la poussaient nos aïeux au retour de leurs safarinausores. Au reste, on imagine mal ces êtres frustres, velus, plus ou moins simiesques, voire de gauche tendance CERES, pousser autre chose que des grognements extrêmement vulgaires. Le seul texte de chanson datant de façon quasi certaine de la préhistoire a été découvert en 1913 par la paléontologue espagnole Emilie Potèze dans une caverne sous le plateau de Millevache.

"Meuh meuh aga aga", ce qu'on peut traduire approximativement par "Il aviat nom Corne d'Auroch, O gué O gué", c'est malheureusement tout ce qu'il nous reste de cette époque obscurantiste où l'Homme vivait dans la peur et le dénuement le plus complet, sans vêtement, sans toit, sans Mireille Mathieu, sans rien.

Mireille Mathieu by Pierre & Gilles

Il faut attendre le début du septième siècle après Jésus Christ et le règne de Dagobert 1er pour que la chanson française acquiert enfin ses lettres de noblesse. Quoi de plus beau, en effet, quoi de plus pur aussi que l'exquise chanson du bon roi Dagobert, qui est tellement connue de nos jours que Serge Lama lui-même n'a pas osé la déposer sous son nom à la SACEM. Oeuvre admirable en vérité , ou l'on retrouve déjà les germes de ce qui allait devenir la chanson réaliste en France treize siècles plus tard avec Bruant, Dabadie et Francis Lopez.


Aristide Bruant
by Toulouse Lautrec (1892)


Je pense notamment au délicat cinquième couplet, trop souvent ignoré des mélomanes contemporains, dans lequel s'exacerbe toute la douloureuse ironie de l'amour interdit qui unissait secrètement le roi à son premier ministre:

"Le bon roi Dagobert
Avait fait un pet de travers.
Le bon Saint-Eloi
Lui dit O mon roi
Votre Majesté
s'est bien soulagée.
Salaud, lui dit le roi
Tu pètes et tu dis que c'est moi."

Devant tant de pudeur et de retenue, il ne nous reste plus qu'à tirer la chasse d'eau.
Par la suite, il fallut attendre la Renaissance et Charles d'Orléans pour que la chanson française trouvât son deuxième souffle, je dis "trouvât" car ma maîtresse, qui est présidente de l'association française pour la promotion de l'imparfait du subjonctif en régime socialo-communiste, ne peut s'empêcher de lire par dessus mon épaule chaque fois que j'écris pour "Pilote". Il eut fallu que le la répudiasse après l'avoir sautassiée.

Auteur d'innombrables ballades et rondeaux qu'il chantait lui-même en s'accompagnant au luth (une espèce de synthé sans électricité!) Charles d'Orléans, auteur notamment de "M'en suis allé au bord de Loire" et de "J'ai changé aux Aubrais", a sans conteste plus fait pour la chanson française que Paic Citron pour la douceur de mes mains. Mais le temps qui m'est imparti touche à sa fin, et je pense avoir dit l'essentiel à propos de Plastic Bertrand.

Pierre Desproges
De Lascaux A Bashung :
La Véritable Histoire De La Chanson

Pilote N°87
août 1981





Pierre Desproges
Théâtre Fontaine (1984)


ACiDPoP! - Lunettes Très Habillées Pour Soir De Grand Gala (1951).

Les femmes élégantes pensaient jusqu'à maintenant que la beauté ne pouvait s'accommoder de lunettes.


Les Américains avaient voulu les détromper et ôter de devant leurs yeux des lunettes classiques qui ne s'harmonisaient avec aucune toilette du soir. Ils entourèrent les verres d'incrustations de diamants. Mais c'était une fantaisie de milliardaire.


Pierre René
vient de créer, pour les soirs de galas, des cache-lunettes assortis à la robe du soir. Ils peuvent être en tulle, en laine, en dentelle, en velours, et s'adapter à n'importe quelle monture.




























Extrait de
Paris Match N°96
20 janvier 1951


















ACiDPoP! - Ohé, Les Shadoks! (1975).

SHADOK: espèce animale nouvelle, identifiée pour la première fois en 1968, vivant exclusivement dans les zones de pourtour d'un écran de télévision. Les Shadoks trouvent auprès du public autant d'ardents protecteurs que d'ennemis furibonds.


La science qui intéresse ces petits animaux s'appelle la Shadok-au-Logis... Hmm, pardon la Shadokologie. Après une phase d'hibernation Les Shadoks sont de retour, cinq minutes chaque jour sur la première chaines. Cinq minutes loufoques, cinq minutes de jeu, un souffle léger chaque soir sur nos grosses têtes fatiguées.


Jacques Rouxel, père de ces bizarres créatures , parle de leur retour:

Q.A - Est-ce difficile de reprendre une série comme les Shadoks ?

J.R. - C'est surtout dangereux. On risque de perdre la spontanéité des débuts. Avec l'expérience, on apprend des "trucs" qu'on est toujours tenté de réutiliser. Cela, je me défends de le faire. C'est à la fois bon et mauvais d'avoir du succès. Bon, parce que, évidemment, c'est toujours agréable de voir que ce qu'on fait plaît, mais on risque de se laisser influencer. On essaie d'imaginer ce que le spectateur va penser. Bref, on perd l'innocence des débuts. En ce moment, par exemple, j'ai l'impression de me poser beaucoup trop de questions à propos des Shadoks. L'essentiel, c'est de s'amuser en le faisant, de laisser vagabonder son imagination... si ça veut dire quelque chose, tant mieux. Sinon... tant pis.


Q.A - On commence à parler d'un "esprit shadok"...

J.R. - J'aimerais qu'on me définisse cet esprit là. Les Shadoks, avant tout, c'est une culture physique intellectuelle, une gymnastique de l'esprit. La théorie de l'humour, ça ne m'intéresse pas beaucoup, je préfère dessiner. Les Shadoks, avant tout, c'est de la culture physique intellectuelle, une gymnastique de l'esprit. Il faut se laisser aller à cette détente. Si on analyse trop ce qu'on fait, si on sait trop comment on le fabrique, ce n'est plus drôle...



Q.A - Les Shadoks, et leur logique, ont surpris...

J.R. - Effectivement, ce genre d'émission peut déconcerter. On n'y est pas habitué. Mais la nouvelle série a soulevé moins de réactions violentes que la première. J'aime beaucoup Lewis Caroll, et tous les jeux sur la logique. Par exemple, on raisonne en partant de bases ... bizarres et on arrive à un résultat cohérent, mais fou. Exemple : Tous les chats sont mortels, or Socrate est mortel, donc Socrate est un chat...
Certains passages, dans les Shadoks, volontairement, ne veulent rien dire: "On arrive à monter plus haut avec un escalier pour monter qu'on peut descendre, avec un escalier pour descendre, et réciproquement". Tout ça, c'est très marrant à faire. C'est un jeu qui me fait plaisir, et ne doit pas être pénible aux autres.



Q.A - Que faites-vous en dehors des Shadoks ?

J.R. - Des dessins animés sérieux. Ou plus exactement, on essaie de rendre plus rigolos des sujets pas très amusants à priori. La formation permanente, par exemple...


Q.A - Verrons-nous les Shadoks ailleurs qu'à la télévision ?

J.R. - Nous allons probablement sortir un album de bandes dessinées. Je pense aussi, peut-être, en faire un film, ou plutôt un court métrage. En fait, je ne veux pas non plus me laisser dévorer par ça. J'ai les Shadoks toute la journée dans la tête, à tout propos. Et ça m'embête un peu. Pour les gens je suis devenu un Shadok!





Extrait de
Quinze ans N°119
février 1975









Les Shadoks
une playlist













shadoks

ACiDPoP! - le Discours Final.

Scène mémorable du Dictateur de Charlie Chaplin(1940), celle du discours final du barbier, qui, ayant pris l’identité du dictateur Hynkel, se lance dans un long et émouvant plaidoyer pour la paix et l'amitié entre les peuples... Check This Out!







ACiDPoP! - Christian Vanneste est Hétérosexuel! - Bienviendue en Phrance.

Il n'est pas chômeur, il n'est pas Rom, il n'est pas musulman, il ne vit pas en banlieue et Christian Vanneste est hétérosexuel!

Le député du Nord membre de la Droite populaire au sein de l'UMP est un citoyen parfait du royaume de Phrance.

Van
neste
, qui, nous vous le rappelons, n'est pas une tapette, préconise une procréation exclusivement réservée à la relation sexuelle entre un homme de sexe masculin et une femme de sexe féminin.
Wow! Quel citoyen admirable celui-là! Aucun doute, cette homme est beaucoup mieux que toi qui glisse ta langue dans des orifices non homologués par l'UMP.

D
u haut de cette quasi-perfection que seules les civilisations supérieures peuvent produire (les inférieures étant bourrées de Pédés, c'est bien connu) , le philosophe Christian Vanneste, qui, nous vous le rappelons, n'est pas une fiotte, te conseille de ne jamais ramasser le savon sous la douche afin d'assurer la survie de la civilisation phrançaise.

Planté devant sa caméra avec un rictus d'autosatisfaction masturbatoire, l'hétérosexuel conquérant se caresse l'égo et jubile en s'écoutant échafauder sa théorie de l'homosexuel narcissique et ennemi de l'altérité.

Christian Vanneste (ah ben lui c'est pas un pédé alors!) t'invite à te méfier sérieusement de cette sombre anomalie qui pervertit la vie amoureuse de ton frère, de ta soeur ou de ton enfant homosexuel, et qui vise à faire exploser les familles de la Sarkozie qui, elles, savent aimer comme il faut.

Malleus Maleficarum
!
ou quand l'UMP s'allie aux laboratoires pharmaceutiques pour booster les ventes d'anxiolytiques. Rigole pour ne pas pleurer quand tu Check This Out!




Alors, les Roms c'est fait, les Arabes et les Musulmans c'est fait, les Africains c'est fait, les chômeurs et les homosexuels c'est réglé ... Restent les extraterrestres mais l'UMP va d'abord devoir divulguer leur existence.
Sinon y'a les petits chats. C'est vrai quoi! c'est fainéant, ça paye pas d'impôts, et ça pisse partout.




Qu'est ce qu'il faut pas imaginer pour faire réélire le narcissique...

ACiDPoP! - La Vie Atroce D'un Humoriste par Sempé (1962).

Comment vit un dessinateur humoristique, et quel est cet étrange métier qui n'est pas hélas ! pris au sérieux ? C'est pour répondre à ces questions que Jean-Jacques Sem a écrit et dessiné pour vous sa vie quotidienne.


J'ai trente ans bientôt. Je suis marié, j'ai un fils, une femme de ménage, une voiture, quatre amis (non, trois : il y en a un, un dessinateur aussi, qui m'a "piqué" une idée la semaine dernière).
Mon travail est très simple, presque trop. Il consiste à trouver une idée amusante et à la réaliser à l'aide d'un excellent dessin. Quand cela est fait, il faut apporter ce dessin à un journal qui l'accepte pour le publier. On rentre chez soi, et, on cherche une autre idée que l'on réalise : c'est le cercle infernal.
L'avantage de cette profession est qu'on l'exerce chez soi.


Je me lève vers huit heures et demie, à neuf heures je suis assis derrière ma table à dessin. J'allume une cigarette et je cherche une idée. (Le plus difficile dans le dessin d'humoristique c'est l'idée.) Dès que j'en trouve une, j'appelle ma femme qui accourt, regarde l'esquisse, donne son avis et repart dans son bain. Quand la réaction de ma compagne n'est pas concluante, je téléphone à un de mes quatre amis (oui, j'ai quand même quatre amis car, dans le fond, son idée (1) ne ressemblait pas tellement à ce que j'ai fait précédemment, quoiqu'il aurait été pu éviter de traiter un sujet que j'ai créé de toutes pièces il y a cinq ans : Les îles désertes).

(1) Celle de mon collègue


Quand je réussis à en accrocher un, je raconte mon idée. Après quoi il me soumet la sienne, que je trouve excellent si mon idée lui a plu. Mais l'amitié m'oblige à lui dire qu'elle est mauvaise, si ma trouvaille ne l'a pas fait s'esclaffer.


Après, je dessine (le plus difficile dans le dessin humoristique c'est le dessin).
Si, à midi et demi je n'ai pas trouvé d'idée, je passe quand même à table, car je me suis fait un devoir de mener une vraie vie de famille. A une heure et demie, je regagne mon atelier. Si, à huit heures du soir, je n'ai toujours pas d'idée ou si j'ai manqué mon dessin, je passe quand même à table (toujours par désir de mener une vraie vie de famille).

A neuf heures trente, je me remets à travailler jusqu'à deux ou trois heures du matin. Vers ces eaux-là je m'endors, car je m'efforce de mener une vie saine.
Les gens me parlent souvent de mon travail. C'est un profond réconfort, de voir qu'ils se rendent compte de sa difficulté. Ils me donnent des conseils.

La vanité m'oblige à ne jamais accepter de réaliser les idées qu'ils ont pensées pour moi. Cela les déçoit.


Au cours d'une soirée, j'entends souvent cette réflexion : "Vous êtes triste pour un humoriste ! faites-nous rire. " Alors je cherche, je cherche. Quand je dis ce que j'ai trouvé, je m'aperçois que je ferais mieux de redemander du potage.





Si je reçois une contravention, si mon moteur explose, s'il pleut durant mes vacances, si je vais chez le dentiste, si je perds mon portefeuille, si un chien me mord, si j'ai des ennuis fiscaux, si mon fils me manque de respect, si je reçois de la sauce sur mon costume neuf, si mes chaussures sont trop étroites, il se trouve toujours quelqu'un pour me conseiller d'en faire un dessin.


J'envisage trois fois par semaine de changer de métier. Mais, malheureusement, alors que j'en suis au stade où j'annonce ma décision à mon entourage, il me vient une idée de dessin. Alors tout est remis en question.






Paris Match N°677
L'humour et la vie
31 mars 1962

ACiDPoP! - Fonda Meets Delon (1963).

Jane Fonda débarque sans prévenir à Villefranche. Elle voulait rencontrer celui qui sera son partenaire dans un film "terrific" : Alain Delon.
Une heure avant ils ne se connaissaient pas ...

Jane Fonda & Alain Delon
Paris Match N°754 / 21 septembre 1963













Jane Fonda & Alain Delon
Paris Match N°754 / 21 septembre 1963










Extrait de
Paris Match N°754
21 septembre 1963

ACiDPoP! - Ce garçon de piste aux cheveux courts (1963).

Le "gag" de la nuit de l'Union des artistes au cirque d'Hiver, ce fut un garçon de piste aux cheveux courts, infatigable. Pendant les 4 heures du gala, il ramassa le crottin, lança la sciure, coltina d'énormes accessoires. Il fallut que les projecteurs l'accompagnent longuement comme un immense clin d'oeil. Les spectateurs avaient reconnu la dernière métamorphose de l'Ange bleu. Ce garçon en blouse du cirque Bouglione, c'était Marlene Dietrich ...

Marlene Dietrich / Paris Match N°727 16 mars 1963











Extait de
Paris Match N°727
16 mars 1963
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...