ACiDPoP! - La Complainte d'Hermès / Une Prophétie Hellénistique.

Hermès Trismégiste est un personnage mythique de l'Antiquité gréco-égyptienne, une fusion du dieu grec Hermès et de la divinité égyptienne Thot...

Représentation d'Hermès Trismégiste tiré de Viridarium chymicum,
D. Stolcius von Stolcenbeerg, 1624

On lui a attribué un ensemble de textes appelés Hermetica, dont le plus connu est le Corpus Hermeticum, un recueil de traités mystico-philosophiques en grec, datant de la période hellénistique.

Hermès sous une de ses formes grecques.

l'Asclépius, dont La Complainte d'Hermès est extrait, est le dernier traité de cet ouvrage. L'original grec est perdu mais une traduction latine a popularisé son contenu au Moyen Âge.

Thot

La complainte d'Hermès est une prophétie. Elle raconte ce qui se passera le jour où les divinités égyptiennes auront cessées d'être adorées, oubliées par les nouvelles générations. Check This Out!



A noter que dans le texte le terme "Dieu" ne fait pas référence au Dieu biblique mais à la plupart des divinités égyptiennes .

- -

Ignores-tu, ô Asclèpios, que l’Égypte est l’image du ciel, ou plutôt, qu’elle est la projection ici-bas de toute l’ordonnance des choses célestes ? S’il faut dire la vérité, notre terre est le temple du monde.
Cependant, comme les sages doivent tout prévoir, il est une chose qu’il faut que vous sachiez : un temps viendra où il semblera que les Égyptiens ont en vain observé le culte des Dieux avec tant de piété, et que toutes leurs saintes invocations ont été stériles et inexaucées.
La divinité quittera la terre et remontera au ciel, abandonnant l’Égypte, son antique séjour, et la laissant veuve de religion, privée de la présence des Dieux. Des étrangers remplissant le pays et la terre, non seulement on négligera les choses saintes, mais, ce qui est plus dur encore, la religion, la piété, le culte des Dieux seront proscrits et punis par les lois. Alors, cette terre sanctifiée par tant de chapelles et de temples sera couverte de tombeaux et de morts.
Ο Égypte, Égypte ! il ne restera de tes religions que de vagues récits que la postérité ne croira plus, des mots gravés sur la pierre et racontant la piété. Le Scythe ou l’Indien, ou quelque autre voisin barbare habitera l’Egypte. Le divin remontera au ciel, l’humanité abandonnée mourra tout entière, et l’Egypte sera déserte et veuve d’hommes et de Dieux.
Je m’adresse, à toi, fleuve très saint, et je t’annonce l’avenir. Des flots de sang, souillant tes ondes divines, déborderont tes rivages, le nombre des morts surpassera celui des vivants, et s’il reste quelques habitants, Égyptiens seulement par la langue, ils seront étrangers par les mœurs.
Tu pleures, ô Asclèpios ! Il y aura des choses plus tristes encore. L’Egypte elle-même tombera dans l’apostasie, le pire des maux. Elle, autrefois la terre sainte, aimée des Dieux pour sa dévotion à leur culte ; elle sera la perversion des saints, l’école de l’impiété, le modèle de toutes les violences. Alors, plein du dégoût des choses, l’homme n’aura plus pour le monde ni admiration ni amour. Il se détournera de cette œuvre parfaite, la meilleure qui soit dans le présent comme dans le passé et l’avenir. Dans l’ennui et la fatigue des âmes, il n’y aura plus que dédain pour ce vaste univers, cette œuvre immuable de Dieu, cette construction glorieuse et parfaite, ensemble multiple de formes et d’images, où la volonté de Dieu, prodigue de merveilles, a tout rassemblé dans un spectacle unique, dans une synthèse harmonieuse, digne à jamais de vénération, de louange et d’amour. On préférera les ténèbres à la lumière, on trouvera la mort meilleure que la vie, personne ne regardera le ciel. L’homme religieux passera pour un fou, l’impie pour un sage, les furieux pour des braves, les plus mauvais pour les meilleurs. L’âme et toutes les questions qui s’y rattachent, — est-elle née mortelle, peut-elle espérer conquérir l’immortalité ? — tout ce que je vous ai exposé ici, on ne fera qu’en rire, on n’y verra que vanité. Il y aura même, croyez-moi, danger de mort pour qui gardera la religion de l’intelligence. On établira des droits nouveaux, une loi nouvelle, pas une parole, pas une croyance sainte, religieuse, digne du ciel et des choses célestes. Déplorable divorce des Dieux et des hommes ! il ne restera plus que les mauvais anges, ils se mêleront à la misérable humanité, leur main sera sur elle, ils la pousseront à toutes les audaces mauvaises, aux guerres, aux rapines, aux mensonges, à tout ce qui est contraire à la nature des âmes. La terre n’aura plus d’équilibre, la mer ne sera plus navigable, le cours régulier des astres sera troublé dans le ciel. Toute voix divine sera condamnée au silence, les fruits de la terre se corrompront et elle cessera d’être féconde ; l’air lui-même s’engourdira dans une lugubre torpeur. Telle sera la vieillesse du monde, irréligion et désordre, confusion de toute règle et de tout bien.
Quand toutes ces choses seront accomplies, ô Asclèpios, alors le seigneur et le père, le souverain Dieu qui gouverne l’unité du monde, voyant les mœurs et les actions des hommes, corrigera ces maux par un acte de sa volonté et de sa bonté divine ; pour mettre un terme à l’erreur et à la corruption générale, il noiera le monde dans un déluge, ou le consumera par le feu, ou le détruira par des guerres et des épidémies, et il rendra au monde sa beauté première, afin que le monde semble encore digne d’être admiré et adoré, et qu’un concert de louanges et de bénédictions célèbre encore le Dieu qui a créé et restauré un si bel ouvrage. Cette renaissance du monde, ce rétablissement de toutes les bonnes choses, cette restitution sainte et religieuse de la nature aura lieu après le temps fixé par la volonté divine et partout éternelle, sans commencement et toujours la même.










- -









La Table d'émeraude d'Hermès Trismégiste


Terre de fantasmes, l'Égypte est synonyme de mystère et de merveilleux dans l'imaginaire occidental, des Grecs jusqu'à nous. Sa mythologie, ses cultes initiatiques et ses monuments fascinants l'imposent en effet très tôt comme l'énigmatique berceau du savoir. Et comme le passage obligé des courants ésotériques d'hier et d'aujourd'hui.

Hermétisme, alchimie et Tradition primordiale

"Cette longue histoire commence au Moyen Age avec le succès de l'Asclepius, explique l'historien de l'ésotérisme Antoine Faivre. Rempli de "mystères égyptiens", ce livre accompagne le Corpus Hermeticum, un recueil comprenant une quinzaine de textes et rédigés en grec aux IIe et IIIe siècle après J.C. dans le delta du Nil. A caractère théosophique, cette somme embrasse la magie, l'astrologie, l'alchimie... maintes branches de la spiritualité et de la connaissance - ou gnose - rassemblées sous le nom d'"hermétisme", en référence à leur auteur présumé, le mystérieux Hermès Trismégiste ("le trois fois très grand") : une des formes grecques dans l'Antiquité tardive, du Mercure latin et surtout du dieu-prophète égyptien Thot."
Florissant à la fin de l'Antiquité, cet hermétisme renaît au Quattrocento avec l'édition latine du Corpus Hermeticum par le grand humaniste Marcile Ficin, qui le considérait - à tort - comme l'un des plus vieux textes du monde. De quoi imprégner les deux siècles suivants en devenant la voie royale des spéculations ésotériques européennes, pour qui l'hermétisme contenait la sagesse secrète des prêtres égyptiens. N'appelait-on pas alors "art sacré d'Hermès" l'alchimie, discipline de la transmutation du plomb en or, mais aussi de la matière en esprit ?

Extrait de Le Monde des Religions
Hors Série N°1


Check Out:


Télécharger le Corpus Hermeticum tome II en format .pdf iCi
Hermès Trismégiste sur Wiki iCi
La table d'émeraude d'Hermès Trismégiste sur Wiki
Hermetica sur Wiki iCi
L’époque hellénistique sur Wiki iCi
Chronologie de la période hellénistique sur Wiki iCi



Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...