ACiDPoP! - La Photographie Post Mortem du XIXe Siècle.

ATTENTION! CE POST PRESENTE DES PHOTOS DE PERSONNES DEFUNTES QUI PEUVENT HEURTER LES PLUS SENSIBLES D'ENTRE VOUS.


O misère de nous ! Notre vie est si vaine qu'elle n'est qu'un reflet de notre mémoire.
Chateaubriand

La mort ne nous enlève pas les êtres aimés; au contraire elle nous les garde et les rend immortels par le souvenir.
François Mauriac


La photographie post mortem était une pratique très populaire au 19ème siècle...


Elle consistait à habiller les personnes récemment décédées avec leurs vêtements personnels, et à les mettre en scène dans un dernier portrait individuel ou de groupe.


une mère et son enfant dans un portrait
post mortem de l'
époque victorienne


Photographier les défunts n'était pas considéré comme sinistre à cette époque influencée par le romantisme.


Ces anciennes générations appréhendaient la mort de manière "sentimentale", les amenant même parfois à la considérer comme un privilège.


époque victorienne

Au début du 19ème siècle, se faire peindre un portrait n'était pas à la portée de toutes les bourses mais grâce à l'invention du daguerréotype, en 1839, les classes moyennes eurent accès au portrait photographique.

Epoque victorienne

Cette méthode, moins chère et plus rapide, donna aussi à la population un nouveau moyen de commémorer ses chers disparus.

Epoque victorienne

La pratique avait des antécédents pré-photographiques à la Renaissance avec le Memento mori (locution latine qui signifie " souviens-toi que tu mourras"), un genre artistique qui servait davantage à rappeler à l'homme sa mortalité et la fugacité des plaisirs terrestres.

Avec la photographie post mortem , les familles du 19ème siècle cherchaient surtout à conserver le souvenir du défunt.




Les premières photos post mortem étaient généralement des gros plans du visage ou des plans du corps complet et comprenaient rarement le cercueil.

C'était une pratique particulièrement ordinaire avec le décès des nourrissons et des jeunes enfants.

la fleur symbolise la brièveté
de la vie du sujet.

Au XIXe siècle, le taux de mortalité infantile était si élevé que le portrait post mortem était souvent la seule image que la famille possédait de l'enfant.



Plus tard, avec l'invention du portrait-carte par André Disdéri, il devient alors possible d'informer la famille du décès de l'un de ses membres en lui faisant parvenir sa photographie post mortem.


Décédée depuis 9 jours
époque victorienne

Les photographes cherchaient continuellement à améliorer l'esthétique de l'image et utilisaient diverses astuces pour embellir le défunt et le dépouiller des effets de la mort.

Notez la boite sous le menton.



Lima (Pérou)

La représentation du défunt dans la photographie post mortem peut se diviser en 3 grandes catégories :


Simulant la vie: Le sujet est photographié avec les yeux ouverts, posant parfois debout ou dans un groupe, habituellement la famille, comme dans une photo ordinaire.


La jeune fille au centre est défunte.
On a retouché les yeux à la main



Au premier coup d'oeil, il n'est pas forcément évident de repérer la personne décédée dans le groupe parce que - paradoxalement - elle est souvent celle qui apparaît le plus nettement.

Notez le flou des visages en contraste avec la netteté de celui de la jeune défunte.

Ceci est dû au temps d'exposition excessif qu'imposaient les techniques du XIXème siècle : le temps de prise du daguerréotype était si long que des supports étaient spécialement conçus pour maintenir la pose du modèle.

La défunte se tient debout à droite.



La défunte est placée à gauche.

Dissimulés, ils permettaient d'aider le modèle à rester immobiles et d'éviter le flou rendu par un éventuel mouvement. Ces mêmes accessoires étaient utilisés dans les représentations d'un défunt en position assise ou debout.

La dame au milieu est défunte








L'impression de vie était parfois renforcée en maintenant les yeux du défunt ouverts ou en peignant des pupilles sur la photographie. Une teinte rosée sur les joues du cadavre a souvent été ajoutée sur les premières images (en particulier ferrotypes et ambrotypes).






Simulant le repos: c'était souvent le cas avec les enfants qu'on représentait au repos sur un canapé ou dans un berceau, parfois avec leurs jouets favoris, comme plongés dans un doux rêve dont ils étaient sur le point de se réveiller.











Un Angelito du Texas

Dans les pays hispanophones ces jeunes enfants défunts sont appelés Angelitos (petits anges), leur mort prématurée ne leur ayant pas laissé le temps de connaître le péché.




1860


Dans certains cas les parents pouvaient ajouter au naturel de la mise en scène en les portant dans leurs bras comme pour les bercer.











L'absence d'expression de tristesse sur le visage des parents découle précisément de cette volonté de simuler la vie du défunt.
C'est l'un des aspects les plus déstabilisants pour les nouvelles générations qui perçoivent là un manque de sensibilité.


L'enfant à gauche est supposé défunt








Faire poser la fratrie près du défunt n'était pas du tout rare. Cette mise en scène avait pour principal objectif de conserver le souvenir de l'âge des frères et soeurs au moment du décès.




Sans aucune simulation: Le défunt est photographié sur son lit de mort, dans un cercueil, devant un autel à sa mémoire qui peut inclure un portrait réalisé de son vivant. De grandes quantités de fleurs sont habituellement disposées autour.













Les exemples les plus tardifs montrent un renoncement à vouloir simuler la vie et un désintérêt pour sa mise en scène ; le défunt est "sobrement" photographié dans son cercueil, entouré parfois par les participants aux funérailles.



Suède vers 1930

La pratique a atteint un pic de popularité à la fin du 19ème siècle et a progressivement disparu avec la banalisation de la photographie instantanée, bien que quelques exemples de portraits commémoratifs officiels étaient encore produits au cours du 20e siècle.


La photographie post mortem est encore pratiquée dans certaines régions du monde comme l'Europe de l'Est. Des photographies sont encore diffusées parmi les fidèles chrétiens catholiques et orthodoxes de l'Est et les chrétiens orthodoxes orientaux. Elles représentent habituellement d'éminents religieux couchés dans leurs cercueils.

Évêque Syrien
(entre 1940 et 1946)





Certains d'entre vous se souviennent peut-être de ce passage dans le film Les Autres d'Alejandro Amenábar avec Nicole Kidman (2001).



Pour cette scène Alejandro Amenábar a réalisé lui même les photographies post mortem en s'inpirant du style du 19ème siècle.
On notera le regard moderne que pose Grace Stewart (Nicole Kidman) sur ces photos ainsi que l'explication ésotérique que lui donne Mme Mills (Fionnula Flanagan).
La disparition et l'oubli de la pratique de la photographie post mortem ont contibué à transformer le regard qu'on lui porte. Ces images, jadis banales, sont désormais considérées de mauvais goût, vulgaires, sensationnalistes et taboues.
Cette répulsion moderne semble indiquer un changement radical des concepts de la beauté et de la sensibilité tels qu'ils étaient perçus par les anciennes générations et souligne le malaise croissant de la société occidentale face à la mort.


Sources & links :
Wikipedia (anglais) / (espagnol)
Photographies : sur Ebay (ici) / sur Google images (ici)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...