ACiDPoP! - Éclectic.

Une sélection "éclectic" made in ACiDPoP! pour aller, à dada sur des mags d'antan, survoler le siècle dernier...

Madonna by Herb Ritts, Tokyo 1988.

... depuis l'âge d'or hollywoodien jusqu'aux stars du rock des années 80 en passant par les Yéyés.
Entre autres. Check This Out!




Theda Bara fut l'une des actrices les plus populaires de son temps et l'un des premiers sex symbol de l'écran. Son répertoire de femme fatale lui valut le surnom de Vamp (mot provenant de vampire), qui deviendra bientôt un terme populaire pour désigner une femme prédatrice sexuelle.





Gary Cooper a commencé sa carrière dans les années 1920 et a tourné en quarante ans dans plus d'une centaine de films avec les plus grands réalisateurs de l'époque classique hollywoodienne




Sur les budgets gigantesques que réclamaient ses films, et qui ont causé sa perte, Erich Von Stroheim a déclaré : "mes films coûtent cher car mes sujets ont beaucoup d'ampleur, et que je veux être le plus exhaustif possible". Sa seule erreur est d'avoir réalisé ces chefs-d'œuvres dans l'Amérique puritaine des années 1920. Le sexe et l'argent sont des sujets hautement tabous, et montrer que les êtres humains sont pervertis autant par l'un que par l'autre était une entreprise risquée. Pendant le tournage de Boulevard du crépuscule, Billy Wilder dit à Von Stroheim : "Vous savez pourquoi vous avez été incompris ? Parce que vous aviez dix ans d'avance". Von Stroheim lui répondit : "non, vingt ans".




Myrna Loy fut surnommée « la reine de Hollywood » ou encore « l'épouse idéale » durant les années 1930. Elle fut un modèle féminin à cette époque. La plupart des hommes voulurent l'épouser et les femmes voulurent lui ressembler. Quelques acteurs américains l'ont harcelée afin de passer une nuit avec elle. Elle resta discrète sur sa vie privée, bien que les tabloïds voulaient en savoir plus. Elle s'est mariée quatre fois, n'eut pas d'enfants, a mené une carrière prestigieuse et s'est consacrée à des œuvres sociales.





Superstar du cinéma muet, sa carrière déclina à l'arrivée du parlant, mais Gloria Swanson renoua avec le succès dans Boulevard du crépuscule (1950) qui met en scène une star déchue du cinéma muet.



Mannequins peints
par Clovis Trouille (1930)

Clovis Trouille s'installe à Paris en 1920 et devient maquilleur-retoucheur dans une fabrique de mannequins en cire pour vitrines de magasins. Un métier peu banal qui consistait à peindre des carnations, rehausser des maquillages, dessiner des arcades sourcilières, des grains de beauté, des pointes de sein … Un métier qui lui procurait beaucoup de plaisir et lui a permis à la fois de vivre son érotisme au quotidien et d’exprimer son souci d’extrême précision qu’on retrouve dans sa peinture. Il y restera 35 ans.

Mannequins peints par Clovis Trouille






A Hollywood, le marseillais Louis Jourdan éclipse les plus grands séducteurs. David O. Selznick en fait le numéro un de ses acteurs sous contrat. Dans son vaste bureau de Hollywood, David O. Selznick se frotte les mains. Infatigable chercheur de nouveaux talents, l’illustre producteur d’« Autant en emporte le vent » vient de lui faire signer un contrat de sept ans.



Louis Jourdan & Alida Valli
The Paradine Case d'Alfred Hitchcock (1947)

Après l’avoir fait découvrir au monde grâce au film qu’il avait produit, « Le procès Paradine » d’Alfred Hitchcock (1947), il est décidé à propulser le jeune comédien français au firma­ment des étoiles.

Joan Fontaine & Louis Jourdan
Letter Fom An Unknown Woman de Max Ophuls (1948)

Notez sa maîtrise de l'anglais dans ce dialogue avec Dana Andrews extrait de No Minor Vices de Lewis Milestone (1948).







Joan Collins & Diana Dors
CinéMonde N°1005 / nov 1953








Gina Lollobrigida
CinéMonde N°1005 / nov 1953








Rivière Sans Retour marque la rencontre de deux des plus grandes stars d'Hollywood : Robert Mitchum et Marilyn Monroe. Unique western réalisé par Otto Preminger, ce film est tourné dans les décors naturels des parcs nationaux de Banff et de Jasper au Canada. C'est surtout un des tout premiers films à être tourné en CinemaScope. Il s'agissait alors pour le cinéma américain d'enrayer la montée en puissance de la télévision en procurant au spectateur des sensations visuelles que la télévision ne pouvait lui offrir.





Bette Davis & Joan Collins
Mon Film N°493 / février 1956






Sophia Loren dans La Fille du Fleuve
Cinémonde almanach 1956 / 1955






Brigitte Bardot & Louis Jourdan
La Mariée Est Trop Belle
(1956)






Arrêt d'autobus de Joshua Logan(1956) est le 25e film de Marilyn Monroe, où, en tant que vedette, elle se trouve en 1re place au générique. Elle y joue Chérie, un nom de scène – français –, une jeune femme à la fois naïve et ambitieuse, qui a quitté son village natal dans l'est des États-Unis pour se rendre à Hollywood.





Marlon Brando





Robert Conrad / Hawaiien Eye (1959)

Ancien boxeur professionnel, Robert Conrad débute sa carrière télévisée avec le rôle de Tom Lopaka pour la série Hawaiian Eye (1959-1963). Il enchaîne ensuite les premiers rôles dans des séries du petit écran. De 1965 à 1969, il est James West dans Les Mystères de l'Ouest puis l'espion Jake Webster dans l'Homme de Vienne (1972).

Robert Conrad




Sean Connery
Ciné Revue / octobre 1965










Sylvie Vartan
Jours de France N°582 jan 1966


Jours de France N°582 jan 1966

Jours de France N°582 jan 1966

Jours de France N°582 jan 1966





Elsa Martinelli peinte par
Charles Matton
(Rome 1967)









Adieu l'ami est un film franco-italien réalisé en 1968 avec Charles Bronson & Alain Delon. Le réalisateur Jean Herman avait initialement pressenti la jeune chanteuse France Gall pour le rôle de Dominique, dit « Waterloo » (Brigitte Fossey). Celle-ci, réfractaire au cinéma et ayant demandé à son entourage de « l'empêcher de faire du cinéma » (sic), refusa la proposition prétextant les scènes d'amour avec Alain Delon parce qu'elle était fiancée dans la vie réelle. France Gall confiera plus tard : « J'ai refusé parce qu'il fallait embrasser Alain Delon et que j'avais un boy-friend à l'époque, alors que c'est l'un des plus beaux hommes que j'ai eu l'occasion de rencontrer. On est un peu « bêtiau » à cet âge… ».




En 1976, Patrick Duffy travaillait comme peintre en bâtiment quand il obtint le rôle de l'homme-poisson Mark Harris dans la série TV L'Homme de l'Atlantide (The Man From Atlantis).


Patrick Duffy as Mark Harris
Man From Atlantis (1978)



Patrick Duffy as Mark Harris
Man From Atlantis (1977)



Patrick Duffy & Noriyuki "Pat" Morita
Man From Atlantis / imp(1978)

Noriyuki « Pat » Morita était un acteur américain d'origine japonaise. Il fut nommé aux Oscar en 1984 pour son rôle de professeur de karaté (M. Miyagi) dans le film Karaté Kid. Il reste également dans les mémoires pour avoir tenu le rôle d'Arnold dans la série télévisée Happy Days. Il fit également des apparitions dans L'Homme de L'Atlantide, L'Incroyable Hulk, La croisière s'amuse, Magnum ou encore Alerte à Malibu. Pat Morita, contrairement à ce que l'on pourrait penser, ne pratiquait pas les arts martiaux.




C'est en 1981 que Gérard Depardieu s'essaye au doublage de voix et devient celle de John Travolta dans Blow Out de Brian de Palma. Les deux hommes se rencontrent et deviennent alors les meilleurs amis du monde. Paris Match sort même à l'époque un article qui titrait : "John Travolta s'installe en France parce qu'il a un coup de foudre pour le Depardieu". Ils ne se sont jamais perdus de vue.



De nos jours (de 1983) à New York, la belle et élégante Miriam Blaylock (Catherine Deneuve) mène une vie luxueuse et oisive au côté de son mari John (David Bowie). En réalité âgée de plus de 3 000 ans, elle doit, tous les 7 jours, boire du sang humain pour se préserver des atteintes du temps...

Bowie & Deneuve by David Bailey (1982)

Première réalisation cinématographique de Tony Scott, Les Prédateurs (The Hunger), malgré sa distribution prestigieuse, fut un échec critique et commercial à sa sortie en salle. L’intrigue sombre et mortifère ainsi qu’une esthétique sophistiquée et glacée n’ont pas su trouver leur public. Mais la maîtrise exceptionnelle pour une première réalisation dont fit preuve Tony Scott, la qualité de l’interprétation, la splendeur visuelle des images et l’intrigue subtilement complexe firent, au fil des ans, de cette œuvre originale un film majeur du cinéma américain des années 1980, du cinéma fantastique et du cinéma gay, mais aussi l'une des œuvres phare du mouvement gothique, en d'autre terme, un film culte.




Andy Warhol & Dustin Hoffman (1982)

Pour jouer les aspects féminins de Tootsie, Dustin Hoffman déclara s'être inspiré de sa mère. "J'ai mis beaucoup de ma mère dans le personnage de Dorothy : sa chaleur, sa vulnérabilité, son énergie et surtout l'humour extravagant dont elle faisait preuve à l'égard du sexe", précise le comédien.




Jack Nicholson by Herb Ritts (1986)







Michael Jackson
Rock&Folk N°245 /octobre 1987





Rock&Folk N°245 /octobre 1987

Rock&Folk N°245 /octobre 1987


Michael Jackson
Rock&Folk N°245 /octobre 1987




Des chanteuses
Rock&Folk N°245 /octobre 1987





Madonna
Rock&Folk N°245 /octobre 1987


Rock&Folk N°245 /octobre 1987







Diana Ross by Herb Ritts (1987)





Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...