ACiDPoP! - Peter Falk par François Lehr (1987).

Comme tout un chacun, ou presque, j'avais été un jour au moins Columbophile, par petit écran interposé. Mais là, dans ce bunker à Berlin, sur le tournage des "Ailes du désir", il était bien là, devant moi, "en vrai" ...

Peter Falk by François Lehr

De son oeil agressif, il m'a pointé du doigt, et sa première phrase est tombée comme un couperet : "Je vous interdis de me photographier!..." Nos rapports commençaient très fort...


J'ai regardé Wim Wenders, légèrement inquiet, mais avec son calme habituel il ma rassuré : "ça va s'arranger..." Alors j'ai cessé d'être un columbophile primaire pendant quelques temps, pour mieux l'observer, pour essayer de voir l'acteur derrière le personnage.
Entre les prises, sur le plateau, il dessinait. Sur son grand cahier, il enregistrait lui aussi à sa façon ce qui arrivait sur ce tournage incroyable, ce décor, les personnages... Sans doute a-t-il fini par admettre que je faisais à peu près les mêmes constatations, mais avec un Leica. Y a-t-il vu une complicité, car après s'être amusé à me voir tourner autour de lui pendant trois jours, il m'a demandé de lui faire son portrait. Dès lors, nos rapports n'ont cessé de s'améliorer. Et lorsqu'il a fallu se quitter, déchirement que connaissent bien la plupart des gens de cinéma après une expérience aussi intense que celle d'un tournage, surtout celui-là, je lui ai demandé si je pouvais venir continuer son portrait chez lui à Los Angeles.

Dessin de Peter Falk

Le Fax n'est tombé qu'un an plus tard, c'était sa secrétaire : "Monsieur Falk vous attend dans sa maison de Beverly Hills dans quatre jours pour votre demande de portrait..."
Premier avion pour Los Angeles. Je l'ai appelé tout de suite. "Je vous accorde une heure demain matin..." m'a-t-il asséné sobrement encore une fois.
Malgré la présence de mon assistant, un déconneur foncièrement optimiste, je n'étais pas très rassuré en appuyant sur la sonnette de cette imposant demeure de Roxbury Drive, à l'heure convenue.

Peter Falk by François Lehr

Il nous a reçus dans son atelier, une petite maison qu'il a fait spécialement construire au fond du parc, et l'idée (hypocrite..?) m'est venue subitement : "Monsieur Falk soyons clairs. J'ai fait dix mille kilomètres pour venir vous photographier en train de dessiner, et j'ai peur qu'une heure ne soit un peu juste, pour le faire correctement..."
Il a fait semblant de me croire et s'est détendu car Eric venait de sortir une connerie de plus, tout en installant les lumières.

Dessin de Peter Falk

Que dire de son "style", sinon que je ne me sens pas vraiment qualifié pour en parler. Ses dessins sont suffisamment éloquents... qu'il utilise des modèles pour des séances de pose et qu'il n'a encore jamais voulu exposer.
Il nous a parlé de son admiration pour Egon Schiele, un artiste viennois du début du siècle, et lorsque je lui ai demandé "photographie..?" Il m'a répondu : August Sander et Diane Arbus.

Dessin de Peter Falk

"Ma femme me dit toujours..." Cette petite phrase célèbre de l'inspecteur Columbo, me trottait dans la tête depuis longtemps : "Est-ce que votre femme accepterait de poser avec vous?" Il est parti vers la maison, l'air songeur, et il est revenu dix minutes plus tard avec un immense portrait d'elle et un air malicieux : "c'est tout ce que j'ai trouvé! Mais vous savez, ce cliché de Shera a été pris par John Cassavettes ... Apportez-moi les photos d'aujourd'hui dès qu'elles seront prêtes, et, nous verrons ce que nous pouvons faire..." Une semaine plus tard, il me rappelait : "ma femme a aimé vos photos. nous vous attendons ce soir. Elle est d'accord pour poser avec moi..."

Dessin de Peter Falk

Comme j'étais grippé, Falk a décidé que le meilleur remède était un grand verre de whisky. Du coup, tout le monde s'est senti grippé et nous avons largement trinqué à cette joyeuse séance. L'humour de Peter et surtout de Shera étant extrèment corrosif et contagieux... Alors qu'ils étaient debout dans deux grands pots de fleurs de chaque côté de la cheminée, prenant des poses de plantes grimpantes, il m'a demandé si je connaissais le bouquin de Philippe Halsman : "Jumps". J'ai répondu que c'était pratiquement mon livre de chevet. Il a souri : "Parfait! Alors pouvez-vous revenir demain, car je voudrais que vous me photographiez moi aussi en train de sauter en l'air..." Poussant l'avantage, j'ai pris un air innocent : " pas de problème, mais si vous mettez l'"imperméable", ça serait encore mieux..." Et comme il a toujours le dernier mot, il a conclu la soirée par un : "D'accord, mais c'est vous qui apportez les cigares... "

Dessin de Peter Falk


Que dire de cette séance, la dernière, sinon que ce fut la plus belle... Peter Falk, en inspecteur Columbo, faisant des bonds sur un petit trampoline et moi le seul témoin de ce show unique.

Peter Falk by François Lehr




Peter Falk by François Lehr

Lorsqu'il m'a raccompagné jusqu'à la grille, il m'a dit : "Vous voyez bien que j'avais raison de vous empêcher de me photographier le premier jour. J'ai aimé travailler avec vous... Euh... Dites... Si vous pouviez faire connaître mes dessins en Europe, j'en serais tout à fait ravi...

Texte et photos de François Lehr



Dessin de Peter Falk


Dessin de Peter Falk




Dessin de Peter Falk




Dessins de Peter Falk
François Lehr, auteur de ce reportage s'est vu attribuer le grand prix européen de la photographie de plateau décerné dans le cadre du mois de la photo.



Extrait de Zoom magazine 1987

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...