ACiDPoP! - Des Portraits Du Cinéma.

Des Portraits Du Cinéma.


Mary Pickford celle qui avec Griffith, Chaplin et Douglas Fairbanks devait créer United Artists, a été sacrée, du temps du muet, "petite fiancée de l'Amérique".








Avec l'une des voix et l'un des regards les plus troublants du cinéma, Marlene Dietrich a symbolisé pendant des décennies la femme fatale.








Annabella , l'une des plus grandes séductrices du cinéma français d'avant guerre, pour qui la tentation hollywoodienne s'est révélée amère.










Nordique et mystèrieuse, l'énigme Greta Garbo va créer le mythe de la "femme inaccessible".









Avant de devenir le "King d'Hollywood", Clark Gable connaîtra des débuts difficiles. Les conseils de ses partenaires du beau sexe lui seront précieux.







Arletty, c'est une voix qui a symbolisé l'âge d'or du cinéma français. C'est à dire le Paris de l'avant-guerre.









S'il est un acteur dont le nom est à jamais associé aux chefs-d'oeuvre du réalisme poétique, c'est bien Jean Gabin, dont la carrière a débuté en 1930.










John Wayne , ce cow-boy aux origines irlandaises va devenir le symbole de l'Amérique des pionniers.











Blond, grand, doté d'un corps d'athlète et d'un visage digne d'une statue grecque : Jean Marais était l'adolescent auquel rêvait Cocteau.











Louis Jouvet. Sa silhouette et sa diction si particulière sont associés à jamais à l'âge d'or du cinéma français.









Danielle Darrieux. Une très grande dame du cinéma français : sa distinction lui a fait traverser les années sans vieillir.










Cary Grant. Ce piler de la comédie américaine a été l'acteur favori d'Alfred Hitchcock.









Perfectionniste, fragile et tourmentée, Judy Garland a été victime de son propre succès. Sans doute trop précoce.











Cinéaste maudit s'il en fut, Erich von Stroheim s'est réfugié dans sa propre légende d'acteur à la marque prussienne.









Michèle Morgan. Son regard qui subjugait Gabin dans le Quai des Brumes, est gravé à jamais dans la mythologie du cinéma.










C'est avec une sorte de fièvre juvénile que Gérard Philipe a exprimé un romantisme auquel s'est identifiée toute une génération.










Femme fatale et fière de l'être, Lauren Bacall a été l'épouse exemplaire d'un certain Humphrey Bogart.









Cigarette au coin des lèvres et regard désenchanté : Humphrey Bogart a été le privé le plus célèbre du cinéma.








Avec son élégance virile et sa fougue juvénile, Errol Flynn était tout indiqué pour incarner le hardi pirate ou l'aventurier malicieux.









Marilyn Monroe, l'idole brisée par le rêve américain. Et une actrice à la sensualité débordante qui aurait aimé rester une petite fille.








Rita Hayworth. S'il est une femme qui a incarné le glamour hollywoodien jusque dans sa vie privée, c'est bien celle qui devait jouer Gilda.










Barbara Stanwyck. Une séductrice qui nous ensorcelle par la vertu de son énergie.









Sa distinction naturelle et sa beauté un peu mystérieuse ont fait de Gene Tierney l'une des vedettes les plus attirantes de sa génération.







Femme avant d'être actrice, Simone Signoret a ajouté à chacune de ses apparitions le poids de sa propre humanité.









Elizabeth Taylor. Capricieuse, orageuse, voire scandaleuse : quelles que soient les facettes de son personnage, sa féminité a fait merveille dès ses débuts.








Richard Burton. Un grand acteur de théâtre shakespearien et un monstre sacré hollywoodien.











Fred Astaire. Une gloire d'Hollywood que son génie exceptionnel de danseur n'a pas empêché d'être un excellent comédien.









Frappé d'ostracisme par les studios hollywoodiens et les compagnies de disques, Frank Sinatra n'aura besoin que d'un film pour connaître la gloire!










Avec sa beauté ravageuse et ses amours malheureuses, Ava Gardner a alimenté les rêves de bien des cinéphiles.










Grace Kelly. Cette femme idéale, selon Alfred Hitchcock, allait devenir princesse. Avant de connaître une fin tragique.










Martine Carol. Derrière l'image du premier mythe érotique français, il y avait une actrice véritable.









Comédien exigeant et d'une grande rigueur morale, Kirk Douglas n'a pas hésité à aborder des sujets engagés.








Tony Curtis. Son humour et sa finesse, qui l'ont parfois fait comparer à Cary Grant, ont pimenté des rôles d'aventurier charmeur.








Avec son regard bleu acier et sa beauté de dieu antique, Paul Newman n'a guère de mal à crever l'écran. Mais parce qu'il est aussi un formidable acteur.









Avec sa plastique triomphante, Sophia Loren aurait pu se contenter de jouer les stars. Au lieu de quoi, elle est devenue l'une des actrices du cinéma international.









Intelligente et sensuelle, Jeanne Moreau offrira dans les années 60 une image nouvelle de la femme française.









Jeune, libre et décontractée, Jean Seberg a créé à jamais l'image de l'étudiante américaine à Paris.










James Dean. Un fulgurant météore qui a réinventé l'adolescence et l'a immortalisée à l'écran.









Il aura suffi d'un film pour imposer une nouvelle image de la jeunesse dans les années 50. Natalie Wood






Marlon Brando. Sa venue triomphale à Hollywood allait entraîner une véritable révolution dans le cinéma.











Warren Beatty. Considéré comme un nouveau Dean, ce don juan du grand écran décidera un beau jour de brûler ses vaisseaux.











Beauté méditerranéenne aux yeux capables d'exprimer aussi bien l'humilité que la malice ou la colère, Claudia Cardinale s'est imposée par un tempérament dramatique.










Elevée très jeune au faîte de la gloire grâce à l'espiègle Sissi, Romy Shneider tournera le dos à ce trop joli personnage pour se métamorphoser en grande comédienne.










Sous l'écorce rugueuse du truand puis du flic, Lino Ventura recelait des trésors de tendresse.









Des charmes généreux et une indéniables vitalité naturelle on fait de Gina Lollobrigida l'une des figures les plus populaires du cinéma italien.









Extrait de "Portraits de Stars"
L'Encyclopédie du Cinéma



2 commentaires:

Anonyme a dit...

Bonjour.
Combien y-avait-il de ces photos-cartes? En quelle année furent-elles publiées. Peut-on les obtenir sans le livre?
Merci!
NSH

°DDA° a dit...

Merci pour ton commentaire NSH. je les ai récupérées dans un vide grenier. Il y en avait environ une cinquantaine entourée d'un élastique . j'ai pu avoir le lot pour 1 euro. J'ai pu constaté qu'elles n'étaient pas au complet car celle de Louis Jourdan n'y figurait pas alors que Ebay la propose à la vente. Elles ont été publiées en 1991. La mention " ne peut être vendu séparément" apparaît sur chacune d'entre elles, mais ... séparément de quoi ? je sais pas ... :)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...