ACiDPoPHoMMaGe à Divine alias Glenn Milstead.

Glenn Milstead était un chanteur et acteur américain, plus connu sous le rôle du personnage de Divine, un travesti aux formes généreuses.
Divine était l'actrice fétiche de John Waters, un cinéaste atypique qui cassait les genres par un cinéma résolument "trash"...
Check This Out!


Dans ses premiers films, Divine n'avait jamais le premier rôle. Elle a joué Jackie Kennedy dans son film Eat Your Makeup. Divine s'est imposée dans des rôles plus importants, au fur et à mesure...


Divine (Glen) et John Waters se sont connus 1963. Les parents de Divine ont emménagé dans le quartier de John Waters.

John Waters & Divine

Glen était fils unique. Selon les dires de John Waters, « c'était un tocard au lycée. À 16 ans il ne sortait toujours pas. Il se faisait toujours taper dessus. Je me suis servi plus tard de la colère qu'il y avait en lui pour faire naître cette beauté insolite qu'il est devenu. En tant normal, il ne se travestissait pas...

Harris Glenn Milstead

... Il n'était Divine que dans mes films, ou pour sa carrière musicale. Il ne se baladait pas comme ça. On s'entendait très bien car il était parfait pour devenir le porte-parole de ce que j'avais à dire...

Dvine dans Multiple Maniacs (1970)

...J'ai mis sa colère à profit pour créer cette chose monstrueuse. Il était ma créature en quelque sorte, grâce à qui je pouvais tirer sur les hétéros comme sur les homos...


... Les drag-queens détestaient Divine. Elles voulaient toutes ressembler à des reines de beauté ou à de vraies femmes. Divine débarquait avec de fausses cicatrices, ses 150 kg engoncés dans une minijupe et une tronçonneuse à la main ! Elle se payait leur tête...


...Divine savait comme moi qu'elle était devenue un monstre. Plus tard, elle a commencé à jouer une vraie femme dans mes films, une mère de famille obèse et alcoolique (Polyester) ou une ouvrière repasseuse de linges (Hairspray), une pauvre ménagère avec ses bigoudis sur la tête. C'est là que c'est devenu génial. Divine maltraitait et dénaturait totalement son image ».


Au début des années 70, Waters signe ses deux pamphlets les plus violents : Pink Flamingos pour lequel il devra payer une amende pour obscénité. Un film en totale rupture avec les conventions et le bon goût, comme en témoigne une scène culte dans laquelle Divine mange des excréments de chien.


Dans Female Trouble, Divine réussit la performance de se violer lui-même !

Pink Flamingos (1972)




Female Trouble (1974)


Dès lors, Divine et l'œuvre de John Waters commencent à être reconnues, au point que le Musée d’Art Moderne inclut Pink Flamingos dans sa collection permanente.


Considérés comme des artistes cultes du film underground (film expérimental, indépendant, produit sans l’aide des grands studios), Divine et John Waters se font connaître internationalement avec Polyester, le premier film en « odorama » (un sticker avec des pastilles à gratter était remis à l’entrée de la salle).



Hairspray marque un tournant dans leur filmographie s'orientant vers un public plus large mais gardant un esprit indubitablement caustique.

Hairspray (1988)


Harris Glen Milstead (né le 19 octobre 1945 à Towson, Maryland) meurt le 7 mars 1988 des suites d'une apnée du sommeil. John Waters, affligé, mettra du temps à se remettre de la disparition de son acteur-fétiche.


Divine (1945/1988) & Grace Jones



à suivre ... Divine Dance Pop.


I'm So Beautiful (12" single, 1984)



Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...