ACiDPoP! - Dali meets Hitchcock (Spellbound - 1945).

En 1945, Hitchcock retourne aux États-Unis pour tourner Spellbound(La Maison du Docteur Edwardes), deuxième film qu'il tourne avec Selznick, avec pour thème principal la psychanalyse...

L'affiche polonaise du film by Andrzej Heidrich.

Les rôles principaux de La Maison du Docteur Edwardes (Spellbound) sont tenus par Gregory Peck et Ingrid Bergman. Cette dernière interprète un médecin travaillant dans un établissement psychiatrique dirigé par un docteur sur le point de prendre sa retraite et qui doit être remplacé par un certain Anthony Edwardes.


Une fois installé, le nouveau directeur s’avère être un amnésique du nom de John Ballantine, soupçonné d’avoir fait disparaître le véritable docteur Edwardes. Tombée amoureuse, la jeune femme va l’aider à retrouver son identité.

Salvator Dali - Spellbound (détail) Oil on Canvas.

L'une des séquences les plus célèbres du film est celle du rêve surréaliste créée par Salvador Dali, une sorte de rébus qui va permettre à la psychanalyste d'élucider le mystérieux passé de son patient amnésiques


Dali réalisa le décor de la scène dans laquelle Gregory Peck, psychanalysé par Ingrid Bergman voit un rideau d'yeux grands ouverts — idée reprise du film Un chien andalou — et des ciseaux énormes qui découpent paupière et rétine. On y voit aussi une cagoule de pénitent, une pente neigeuse, une roue molle, des cartes à jouer blanches et des ailes géantes poursuivant de petits personnages. Check This Out!



Deux autres séquences ne furent pas retenues : la première, quinze énormes pianos à queue accrochés au plafond de la salle de bal se balançant au-dessus de silhouettes en carton placées en ordre décroissant, la deuxième, l'actrice Ingrid Bergman se transformant en statue. Dalí déclara : « Hitchcock est l'un des rares personnages que j'ai rencontrés récemment à posséder un certain mystère. »

Alfred Hitchcock & Salvador Dali

Selon le témoignage d'Ingrid Bergman donné dans la biographie de Donald Spoto, The Dark Side of Genius (1983), la scène de rêve durait originellement 20 minutes environ. Le producteur David O. Selznick, qui détestait les conceptions de Dalí, décida de réduire au minimum la scène de rêve.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...