ACiDPoP! - De L'Art et Du Zèle En Sarkozie by Ko Siu Lan (2010).

Les Beaux-Arts de Paris qui avaient décroché l'oeuvre d'une artiste chinoise, Ko Siu Lan, détournant un slogan du candidat Nicolas Sarkozy, par crainte d'"atteinte à la neutralité du service public", ont dû la réinstaller samedi sur ordre du ministre français de la Culture.

Le Zèle en Sarkozie by DDA

La direction de la prestigieuse école d'art parisienne avait fait décrocher mercredi une oeuvre de cette artiste de 32 ans détournant le slogan du candidat Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007 "travailler plus pour gagner plus".

Dans un communiqué, le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a annoncé qu'"après avoir pris connaissance de l'incident", il avait demandé que l'oeuvre soit réinstallée sur la façade de l'école "dans les délais les plus brefs compte tenu des contraintes matérielles nécessitées par cette opération". L'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris est sous la tutelle du ministère de la Culture.

L'oeuvre, installée dans le cadre d'une exposition qui présente à partir de samedi les travaux d'étudiants de trois écoles d'art, a retrouvé sa place d'origine en fin d'après-midi. Elle se compose de deux grandes bannières noires sur lesquelles sont inscrits en blanc les mots "gagner", "moins", "plus" et "travailler". Selon l'endroit où se trouve le passant, il peut lire "gagner plus" ou "travailler moins".

L'artiste, qui a étudié plusieurs années en France avant de retourner en Chine, avait estimé que le décrochage de ses installations constituait "une censure très brutale". "Frédéric Mitterrand m'a appelé en personne samedi après-midi pour me dire qu'il avait appris l'affaire hier et qu'il était vraiment désolé de cette histoire idiote", a-t-elle raconté à l'AFP.

L'Ecole des Beaux-Arts, dirigée par Henry-Claude Cousseau, avait justifié son geste jeudi en estimant que cette oeuvre, qui se réfère "explicitement à un contexte politique", était susceptible de "constituer une atteinte à la neutralité du service public". Elle estimait être "instrumentalisée" par l'artiste.

De son côté, Ko Siu Lan avait indiqué vendredi, via son avocate, qu'elle envisageait de déposer un recours en justice "pour rupture abusive de contrat entre l'établissement et l'artiste". Le Parti socialiste avait dénoncé "une censure" politique et demandé que l'oeuvre soit réinstallée.

Source: le 14/2/2010 à 11h40 par AFP




Interview Ko Siu Lan


Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...