ACIDPoPCoMICS - Pravda La Survireuse by Guy Peellaert (1968)

Guy Peellaert est né le 6 avril 1934 à Bruxelles en Belgique...


Graphiste, peintre et photographe, il détourne et recompose la réalité autour de personnages marquants son époque.

Il débute comme décorateur de théâtre et se fait connaître par la bande dessinée. Son style s’apparente à l’esthétique « psychédélique » et au Pop Art.


Les aventures de Jodelle, (copie de la chanteuse Sylvie Vartan) paraissent dans le mensuel Hara-Kiri. Éric Losfeld, éditeur d’avant-garde, publie ce premier travail en 1966.


Il réitère en 1968 avec le second, co-écrit avec Pascal Thomas pour une nouvelle héroïne, Pravda, La Survireuse et cette fois, c'est la chanteuse Françoise Hardy qui est prise comme modèle.











PRAVDA: Fichier PDF zippé
(ACDP-Pravda.pdf.zip)

LIEN





ACIDPoPHoMMAGE à Fantômas


Il existe plusieurs hypothèses quant à la genèse de la trilogie des Fantômas. Jean Marais rapporte que c'est lui qui, sur une suggestion de Cocteau, proposa l'idée d'une nouvelle adaptation cinématographique de Fantômas à Hunebelle.


Reprenant les personnes principaux (Fantômas, le journaliste Fandor, le commissaire Juve, Hélène et Lady Beltham) de l'œuvre, Hunebelle et Jean Halain son fils et scénariste proposent dans la trilogie un Fantômas d'un genre nouveau, loin de la matière littéraire de Pierre Souvestre et Marcel Allain.


On retrouve bien l'inquiétant criminel aux mille visages mais le climat macabre est escamoté au profit d'un mélange de fantaisie, d'humour et d'action.


La formule du Fantômas selon Hunebelle : l'action (Marais) + le rire (De Funès) + le charme (Demongeot) + la menace (Marais en Fantômas masqué/Raymond Pellegrin la voix inquiétante de Fantômas) le tout imprégné de références à la culture «pop» française des années 1960 (les premiers films de James Bond, la DS...


le Type H, la science-fiction, la Terrasse Martini sur les Champs-Élysées,la télévision, etc. ).


Alors que dans les romans, Fantômas ne cherche qu'à amasser les richesses, chez Hunebelle, Fantômas devient un méchant à la James Bond, ayant un « objectif » comme dominer ou détruire le monde.


Ainsi, dans Fantômas se déchaîne, il affirme qu'il sera bientôt le maître du monde et se propose d'asservir les masses en utilisant un rayon hypnotique alors que dans Fantômas contre Scotland Yard, il annonce être dans la capacité de faire sauter la planète.



Les gadgets les plus décisifs de Fantômas sont ses masques qui lui permettent de se composer n'importe quelle tête.


Il declare dans le premier film : « un procédé de mon invention me permet de reconstituer à la perfection la peau humaine.


J'ai réalisé la plupart de mes forfaits avec les visages de mes propres victimes ». Le Fantômas de Hunebelle « n'a plus recours à des postiches de théâtre/.../Il utilise de véritables masques-peaux, qu'il enfile comme des gants » par dessus un autre masque, le masque qui dissimule ses traits.


L'apparition de la DS volante constitue l'un des grands moments de Fantômas se déchaîne. Poursuivi par Fandor et Juve à la fin du film, Fantômas ne doit son salut qu'à cet incroyable gadget qui lui permet de s'échapper par la voie des airs.


Ailes déployées, réacteurs jaillis de derrière la plaque minéralogique, la DS, élément de la mythologie des années 1950/60 selon Barthes, conforte le Fantômas de Hunebelle dans son « statut d'icône sixties ».



Lorsqu'il apparait sous sa propre identité, l'apparence du Fantômas de Hunebelle ne peut qu'impressionner le spectateur. Dans les trois films, le monstre ne dissimule pas son visage par une cagoule comme souvent le personnage des romans mais sous un masque qui lui compose un second visage, sans trait et qui semble continuellement esquisser un sourire sarcastique.


Ce masque, dont Jean Marais s'attribue l'invention et qui fut développé par le décorateur Gérard Cogan, donne au personnage un coté inquiétant et presque inhumain.


Pour le reste, le nouveau Fantômas n'est plus habilllé en maillot de gymnaste et cape noire, mais il est vêtu très élégamment, chemise et cravate sombre sur costume sombre, cédant aux canons de la mode la plus hype des années soixante.


Au-delà de l'apparence, il y aussi la voix de Fantômas, cette voix inquiétante et belle qui ajoute à l'étrangeté du criminel.


D'ailleurs ce n'est pas Jean Marais, son incarnation, qui lui prête sa voix, mais un autre, Raymond Pellegrin.



Aussi comme le remarquent les auteurs de Fantômas, style moderne, « il faut donc désormais deux acteurs (un pour l'image, un pour le son) pour représenter Fantômas.
Après avoir pris les apparences de tout le monde, il devient lui même sujet clivé qui ne tient plus ensemble, pure construction figurale faite de fragments d'autres corps ».

In Bed With The Wolf.

Dans Le Petit Chaperon rouge de Charles Perrault, le loup incarne la figure masculine en tant que prédateur sexuel.


La fillette aux portes de l'adolescence, éprouvant une peur mêlée de curiosité, va venir rejoindre le loup dans le lit et être dévorée.


L'auteur le présente comme « compère le loup ».


Le mot de compère vient de Jean de la Fontaine, qui qualifie ainsi certains animaux (le renard, le loup), pour mieux en signaler la débrouillardise et l’absence de scrupules moraux.


Le Petit Chaperon rouge est un conte de la tradition populaire, qui a connu de nombreuses versions au cours de l’histoire.


Il s’agit à la base d’un récit pour enfant, mais qui contient des thèmes ayant trait à la sexualité, à la violence et au cannibalisme.


Le conte oppose, dans une convention toute médiévale, l’univers sûr du village aux dangers de la forêt, même si aucune version écrite ne remonte à cette époque.


Selon Bruno Bettelheim, auteur de la Psychanalyse des contes de fées, le Petit Chaperon rouge symboliserait le personnage de la petite fille aux portes de la puberté, le choix de la couleur rouge du chaperon renvoyant au cycle menstruel.


Le village et la maison de la grand-mère sont des endroits sûrs, chemin entre l’enfance et l’âge adulte.


Pour arriver à destination, il faut emprunter un chemin qui traverse une forêt, lieu de danger ou rôde le Grand méchant loup.


La mère indique à la fille le chemin à suivre, le « droit chemin » et la met en garde contre les mauvaises rencontres.


La fillette a une attitude ambiguë, puisque, faisant mine de se débarrasser du Loup, elle lui donne en réalité toutes les indications pour que celui-ci trouve la grand-mère, et la mange…


Arrivée à destination, la fillette voit bien que quelque chose ne va pas, (« Que vous avez de grandes dents ») mais… finit dans le lit du Loup.


Le Loup, présent dans d’autres contes comme prédateur (Le Petit Poucet), est ici la figure du prédateur sexuel.

ACIDPoPHoMMAGE à Nono Le Petit Robot ( Ami d'Ulysse )


Repères: Ulysse 31 est une série télévisée d'animation franco-japonaise en 26 épisodes de 24 minutes, créée par Bernard Deyriès, Jean Chalopin et Nina Wolmark d'après l'Odyssée d'Homère et diffusée à partir du 3 octobre 1981 sur FR3.





Coproduite par les studios Tôkyô Movie Shinsha, cette série transpose au XXXIe siècle (d'où le titre de la série), l'histoire de l'Odyssée ainsi que d'autres épisodes de la mythologie grecque.



Nono : C'est un robot de compagnie, qui suit Télémaque. Il est humanoïde, bipède et fait environ 40 cm de haut.



Il est formé de trois segments en forme de boîtes de conserve : un pour la tête, un pour le torse et le dernier pour le ventre.






Ces segments sont articulés entre eux. La tête porte deux yeux blancs. Elle est munie d'une sorte de poignée de pompe qui permet de recharger manuellement les batteries du robot.





La tête contient le cerveau de Nono.

Ci-dessous: Nono dans son jardin étonné de vous y trouver.



Celui-ci est capable de parler, d'éprouver des sentiments.



La tête porte aussi une bouche, et outre le fait de lui servir à parler, elle lui sert à manger « des petits clous ».



Les articulations des membres de Nono font « pouic » « pouic » à chaque fois qu'il fait un pas.


Ci-dessous: Nono travaille plus, sûrement pour gagner plus.




Il n'est pas muni de doigts aux mains, mais ceux-ci sont regroupés en forme de moufle, pour former une pince avec le pouce.

Ci-dessous: Masque de Nono commercialisé à l'époque.



Ses maladresses servent d'élément comique dans la série.

Ci-dessous: Profitant du succès de la série les jouets abondent... Le voila dans son emballage.





Et le voilà sans.

Et tant qu'à y être, Nono se met à faire des 45 tours avec vidéo clip à l'appui. Attention de ne pas abuser de la chanson!




Ci-dessous: Nono étouffe dans son emballage. Je crois qu'il veut sortir.


Ci-dessous: Nono pose pour La Redoute Autumne/Hiver.


Ci-dessous: Nono et sa meuf "Nanette".

Ci-dessous: Nono et Ulysse.


Ci-dessous: Nono vous offre un petit clou parce qu'il sait que vous êtes gourmand(e).



Ci-dessous: Un Nono argenté commercialisé à l'époque.

Ci-dessous: Une adaptation plus large de Nono aussi commercialisée.



Ci-dessous: La meuf de Nono "Nanette".



Et je vous passe l'épisode de la mort de Nanette.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...