ACIDPoP - Son Of Kong (1933).

Tentant de surfer sur la vague du succès colossal de King Kong, Ernest B. Schoedsack réalisa une suite "Le Fils de Kong" (Son of Kong) dans la même année (1933).

On y découvrit que King Kong avait laissé derrière lui un fils. Sortie trop vite, cette suite fut un véritable flop.


Ruth Rose, la scénariste, n'a jamais eu l'intention de faire un film sérieux car, selon ses dires, cette suite ne pouvait pas, en toute logique, surpasser le premier. "Si vous ne pouvez pas mieux faire, faites le plus drôle" dit-elle.


De son côté, l'acteur Robert Armstrong, préféra le second film, disant que la suite lui avait permis de mieux développer le personnage de Carl Denham.



A la fin du film, les scènes de l'énorme tremblement de terre montrent des scènes tribales et des dinosaures en fuite.
Cette scène de panique devait inclure les modèles d'animation du film inachevé "Creation" (1931) dont la plupart avait déjà été réutilisée pour le premier King Kong.
Ces séquences ne furent cependant jamais filmées, dû au manque de budget et de temps.



Plusieurs modèles miniatures de King Kong furent aussi utilisés dans la réalisation de "Son of Kong".


L'armature du grand visage de Kong (de la scène du pont formé par un tronc d'arbre et du combat du tyrannosaure) fut aussi utilisée pour "le Fils de Kong". C'est d'ailleurs le seul modèle de King Kong qui reste de ce film à ce jour.


Alors que l'île s'engouffre dans l'océan, on peut aussi apercevoir le même modèle du Brontosaure qui fut utilisé dans la scène du radeau dans King Kong.



Les scènes d'animation des modèles dans Son of Kong, réalisées par Willis O'Brien (qui avait aussi fait celles du premier), ne sont pas aussi longues que dans l'original.


Ceci dit la scène où le Styracosaure poursuit les explorateurs à travers la jungle est particulièrement ramarquable.


Aujourd'hui, le modèle original du Styracosaure appartient à Peter Jackson, le réalisateur du remake 2005 de King Kong.




Distribution
* Robert Armstrong as Carl Denham
* Helen Mack as Hilda
* Frank Reicher as Captain Englehorn
* John Marston as Nils Helstrom
* Victor Wong as Charlie
* Edward Brady as Red





L'histoire débute un mois après la fin dramatique du film précédent et reprend la suite des aventures du cinéaste Carl Denham (joué à nouveau par Robert Armstrong). Les démolitions occasionnées par King Kong lui ont valu une multitude de procès à son encontre. Même s'il s'attend à le regretter, le capitaine Englehorn accepte de le prendre à bord de la "Venture" pour qu'il puisse quitter New York.
Les efforts qu'ils font en Orient pour se faire de l'argent se révèlent infructueux jusqu'à ce qu'ils tombent sur Nils Helstorm dans le port néerlandais de Da Kang.
Cet ancien capitaine norvégien, qui a vendu à Denham la carte de Skull Island, leur dit qu'un trésor est caché sur cette île. Aveuglés par leur situation financière, ils y croient et décident d'y retourner.
En fait, il leur ment pour pouvoir partir avec eux vers une autre juridiction, car il vient de provoquer la mort d'un homme.
Peu de temps après leur départ, ils découvrent une magnifique passagère clandestine (Helen Mack), du nom de Hilda. Elle faisait partie d'une troupe de spectacle itinérante dirigée par son père, désormais décédé, victime de Helstrom.


ils arrivent à Skull Island où ils rencontrent, sympathisent et sont finalement sauvés par le gentil fils albinos de King Kong, Kiko (un nom utilisé par la production mais jamais prononcé dans le film où on y fait seulement référence comme "Little Kong" ou "Baby").


Le fils de Kong est beaucoup plus petit que son célèbre père, mais fait quand même deux fois la taille d'un homme. A la fin, Kiko meurt en essayant de sauver la vie de Carl Denham, comme toutes les autres créature de Skull Island, lorsqu'un tremblement de terre frappe l'île qui se retrouve engloutie dans l'océan.



1 commentaire:

Les Conn'Arts a dit...

Héhé, ce cinéma-là des années 30/40 vaut son pesant de cacahuètes... ! Et pour l'époque, le fils de King Kong est plutôt bien fait je trouve. J'ai en tête le souvenir de l'extrait d'un film sur Godzilla ainsi qu'un autre film dans lequel il y avait un dragon, et les deux maquettes en carton-pâte étaient à hurler de rire tellement c'était flagrant. Et encore plus récemment, dans les années 90, les Power Rangers se battaient contre des monstres encore plus ridicules...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...