In Bed With The Wolf.

Dans Le Petit Chaperon rouge de Charles Perrault, le loup incarne la figure masculine en tant que prédateur sexuel.


La fillette aux portes de l'adolescence, éprouvant une peur mêlée de curiosité, va venir rejoindre le loup dans le lit et être dévorée.


L'auteur le présente comme « compère le loup ».


Le mot de compère vient de Jean de la Fontaine, qui qualifie ainsi certains animaux (le renard, le loup), pour mieux en signaler la débrouillardise et l’absence de scrupules moraux.


Le Petit Chaperon rouge est un conte de la tradition populaire, qui a connu de nombreuses versions au cours de l’histoire.


Il s’agit à la base d’un récit pour enfant, mais qui contient des thèmes ayant trait à la sexualité, à la violence et au cannibalisme.


Le conte oppose, dans une convention toute médiévale, l’univers sûr du village aux dangers de la forêt, même si aucune version écrite ne remonte à cette époque.


Selon Bruno Bettelheim, auteur de la Psychanalyse des contes de fées, le Petit Chaperon rouge symboliserait le personnage de la petite fille aux portes de la puberté, le choix de la couleur rouge du chaperon renvoyant au cycle menstruel.


Le village et la maison de la grand-mère sont des endroits sûrs, chemin entre l’enfance et l’âge adulte.


Pour arriver à destination, il faut emprunter un chemin qui traverse une forêt, lieu de danger ou rôde le Grand méchant loup.


La mère indique à la fille le chemin à suivre, le « droit chemin » et la met en garde contre les mauvaises rencontres.


La fillette a une attitude ambiguë, puisque, faisant mine de se débarrasser du Loup, elle lui donne en réalité toutes les indications pour que celui-ci trouve la grand-mère, et la mange…


Arrivée à destination, la fillette voit bien que quelque chose ne va pas, (« Que vous avez de grandes dents ») mais… finit dans le lit du Loup.


Le Loup, présent dans d’autres contes comme prédateur (Le Petit Poucet), est ici la figure du prédateur sexuel.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...