Olargues, années 70



Dans les années 70 à Olargues, il y avait peu de voitures et nous nous connaissions tous. Les gens se réunissaient souvent dans les cafés. C'était l'époque où faire la fête ne se contrôlait pas.
Je me souviens du Plan avec son café, du pont du Diable et sa tour du XI ème siècle.
Le Dimanche avec ma soeur nous y allions parfois pour faire sonner la cloche.
C'était rigolo de décoller du sol accroché à la corde.
Derrière le clocher et le pont du diable, la femme couchée se profile encore dans les montagnes. Qui connaît la légende de cette femme qui s'est allongée là pour l'éternité?



Niché dans la verdoyante vallée du Jaur, avec le Caroux qui se dresse à 1100m, dans la luminosité du ciel méditerranéen pour toile de fond, le village d'Olargues est l'un des plus beau sites du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc.

Son clocher ancien donjon du château-Fort restauré il y a peu de temps, demeure un précieux témoin de la construction Romane dans le haut Languedoc.

Ses vielles maisons étagées en bon ordre, ses ruelles tortueuses, son pont moyenâgeux, offrent l'attrait accueillant d'une cité paisible baignée de soleil.

Les vielles portes de la ville, les hauts remparts qui s'agrippent au rocher, ajoutant un caractère féodal à ce magnifique petit village.

1 commentaire:

Anonyme a dit...

C'est christophe Bivolas.Malgrè le temps et la distance tu en parles très bien..

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...